AFIN QUE LE CHAOS L’EMPORTE ET QUE LA MORT SE RASSASIE

INFERNO

 

 

 

 

 

NOUS ENTRONS DANS LA NUIT ET NOUS N’EN SORTIRONS QUE RÉDUITS À DE FAIBLES RESTES, NOUS SOMMES TROP NOMBREUX, NOUS SERONS PLUS NOMBREUX ET NOUS SERONS DE PLUS EN PLUS NOMBREUX, AFIN QUE LE CHAOS L’EMPORTE ET QUE LA MORT SE RASSASIE.

NOS MAÎTRES SONT NOS ENNEMIS ET NOS SPIRITUELS, NOS SÉDUCTEURS ET LEURS COMPLICES, NOUS SOMMES ORPHELINS ET NOUS N’Y VOULONS PAS ENTENDRE, NOUS CHERCHONS EN TOUT LIEU DES PÈRES ET DES MÈRES, L’ON NOUS EN PROMET JUSQUE DANS LE CIEL ET NOUS LES INVOQUONS DU FOND DE CES ABÎMES OÙ L’ORDRE MORAL NOUS FAIT SUBSISTER. EN L’UNIVERS FUTUR, IL NE SERA DE MASSE DE PERDITION, NON PARCE QUE LES HOMMES SERONT TOUS HEUREUX, MAIS PARCE QU’IL NE SERA PLUS DE MASSE.

AVEC CENT MILLIONS D’HUMAINS, LA TERRE DEVIENDRAIT LE PARADIS ; AVEC LES MILLIARDS, QUI LA DÉVORENT ET LA SOUILLENT, ELLE SERA L’ENFER DE PÔLE EN PÔLE, LA PRISON DE L’ESPÈCE, LA CHAMBRE DE TORTURE UNIVERSELLE ET LE CLOAQUE EMPLI DE FOUS MYSTIQUES SUBSISTANT DANS LEURS ORDURES. LA MASSE EST LE PÉCHÉ DE L’ORDRE, ELLE EST LE SOUS PRODUIT DE LA MORALE ET DE LA FOI, CELA SUFFIT POUR CONDAMNER L’ORDRE, LA MORALE ET LA FOI, CAR ILS NE SERVENT QU’À MULTIPLIER LES HOMMES ET QU’À LES MUER EN INSECTES.

 

 

image_pdfScaricare PDFimage_printStampare testo
(Visited 31 times, 1 visits today)