LA VOLONTÉ DE PUISSANCE

VOLUNTAD INDETERMINADA DE PODER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que tout ce qui existe soit en son fond et dans son ensemble Volonté de Puissance, Nietzsche le souligne expressément et l’affirme de diverses manières : « l’essence du monde est Volonté dePuissance », « l’essence de la vie est Volonté de Puissance », « l’essence la plus intime de l’être est Volonté de Puissance » : Monde, Vie, Être ne sont pas les instances dernières, mais seulement des figures de la Volonté de Puissance : c’est elle le « fait le plus élémentaire ».

C’est pourquoi il faut écarter d’emblée, comme un contresens grossier, une interprétation seulement psychologique et anthropologique de la Volonté de Puissance. Celle-ci serait alors simplement synonyme d’appétit de pouvoir. Il s’agirait seulement du désir de chaque individu de dominer les autres et de se soumettre les choses. Une telle volonté, il est facile de le montrer, serait en réalité impuissante, puisque souffrant sans cesse d’un manque et éprouvant une nostalgie perpétuelle.

 

À moins qu’au contraire, devenue synonyme de « complexe de supériorité », comme dira Adler, elle veuille toujours s’étendre sans voir de limite à son impérialisme. Quoi qu’il en soit, dans l’interprétation psychologisante, la puissance serait un but concret, empirique, extérieur à la volonté (richesse, pouvoir politique, gloire), but recherché ou manipulé avec outrecuidance. Il y aurait en tout cas une distinction entre puissance et volonté, l’une étant l’objet désiré ou possédé par l’autre.

Or la Volonté de Puissance est autre chose que le rapport psychologique d’un vouloir-sujet et d’un pouvoir-objet. Elle est bien « le mot de l’être », mais ce mot est une locution, dont les deux termes sont indissociables et dans laquelle chacun de ces termes perd son sens habituel. Bien qu’il s’agisse d’une affirmation concernant la totalité de l’étant, et en ce sens-là « métaphysique », la locution opère en premier lieu la destruction et l’élimination du concept psychologico-métaphysique traditionnel de volonté.

 

Le terme de « Puissance », pour se part, ne prendra son sens qu’à partir de cette tentative de dépasser le concept de volonté. Il désignera l’essence propre de cette volonté nouvellement pensée. Ainsi la Volonté de Puissance, mot en éclatement, mot irréductible à l’identité, va exprimer tout sauf une variété de volonté.

La représentation classique de la volonté fait d’elle, en effet, soit une substance métaphysique, soit plus ordinairement une faculté du sujet ; par ailleurs, elle voit en elle la cause, la source de nos actes, enfin, elle la conçoit comme une unité, une identité.

À cette conception Nietzsche oppose, comme le thème directeur de ses analyses de la volonté, cette affirmation surprenante : « Il n’y a pas de volonté. » Pourquoi ? D’abord parce que la volonté comme faculté consciente n’est ni une unité, ni un terme premier. Elle est pluralité, complexité et dérivation. Ce que nous appelons vouloir n’est que le symptôme et non la cause. D’un côté la « volonté », au sens psychologique, constitue la simplification dans le langage courant d’un jeu complexe de causes et d’effets. De l’autre, la métaphysique de la volonté établit faussement une origine unique dans la réalité comme dans l’individu en posant la volonté comme un centre ou un fondement de l’étant. Or il n’y a ni centre ni fondement. Pas de volonté : cela signifie, contre Schopenhauer, qu’il n’existe pas de vouloir unique et universel constituant l’en-soi des choses, qu’il n’y a pas de substantialité de la volonté derrière les phénomènes.

Pas de volonté : l’individu ne possède pas un vouloir identique, permanent, d’où découlerait ses actes. Ce qu’il appelle sa « volonté » est une pluralité d’instincts, de pulsions, en lutte incessante pour la prépondérance. Une analyse du « je veux » individuel démontre que ce que nous appelons volonté résulte d’une réduction, obéissant à une nécessité pratique aussi bien qu’à une structure du langage, et ne représente qu’une entité imaginaire, une pure fiction. La vouloir est composé d’émotions et de polarités distinctes : il y a le voulant et le voulu et, au sein même de l’ « individu », ce qui commande et ce qui obéit, le plaisir de triompher d’une résistance et celui, différent, de se sentir un instrument qui exécute. Ce que le langage désigne sous le nom de volonté n’est en réalité qu’un sentiment ou un « affect », complexe et tardif : celui qui accompagne la victoire d’une pulsion sur d’autres ou la traduction en termes conscients de l’état d’équilibre temporaire qui est intervenu dans la lutte des pulsions.

 

En effet, comme la conscience elle-même, la volonté n’est pas pour Nietzsche un commencement, mais un aboutissement, non pas le premier terme, mais le « dernier maillon d’une chaîne ». La volonté (comme la conscience et la pensée en général) est l’écho lointain d’un combat déjà disputé en profondeur, un remous à la surface, ou le « langage chiffré » d’une lutte souterraine des pulsions.

 

Vouloir, c’est sentir le triomphe d’une force qui s’est frayé un chemin à notre insu et l’illusionsuprême consiste à prendre ce sentiment pour une causalité libre. Pas de volonté : c’est-à-dire pas de centre psychique fixe et définitif (le centre se déplace sans cesse, et il est insaisissable), mais une pluralité de « volontés » élémentaires, ce qui veut dire de pulsions inconscientes, sans cess en conflit, en passe tantôt de s’imposer, tantôt de se subordonner. « Il n’y a pas de volonté ; il n’y a que des fulgurations de volonté dont la puissance croît et décroît sans cesse. » En face de ces pulsions, toute notre motivation consciente relève de la fiction, ou plutôt du symptôme.

 

Nous ne cessons de confondre en psychologie les effets et les causes. D’une manière générale, le domaine intellectuel et la sphère du conscient ne sont que des symboles à déchiffrer, des symptômes des mouvements pulsionnels, c’est-à-dire des symptômes des mouvements du corps. C’est pourquoi il faut désormais philosopher, c’est-à-dire interpréter les phénomènes, en prenant le corps comme « fil conducteur ».

 

La Volonté de Puissance serait-elle alors seulement le nom qui désigne le domaine de l’inconscient ou du corps ? Bien au contraire. La locution, d’une part, s’applique à toute force : elle concerne non point uniquement les forces qui sous-tendent les phénomènes psychiques, c’est-à-dire les pulsions du corps, mais l’ensemble des phénomènes du monde ; d’autre part, elle s’applique plus précisément au dynamisme propre de ces forces, à l’orientation qui les qualifie.

 

En effet, plutôt que les forces prises en elle-même, comme de nouvelles substances métaphysiques, que Nietzsche rejette comme fictives, la Volonté de Puissance nomme la polarité qui les oriente, les structure et définit leur sens. Non pas un sens absolu, une direction univoque, une finalité quelconque, mais un sens multiple qui se dessinera à partir de la diversité mouvante des perspectives.

 

Dans sa signification la plus large, la Volonté de Puissance désigne le déploiement non finalisé, mais toujours orienté, des forces. Toute force, toute énergie, quelle qu’elle soit, est Volonté de Puissance, dans le monde organique (pulsions, instincts, besoins), dans le monde psychologique et moral (désirs, motivations, idéaux) et dans le monde inorganique lui-même, dans la mesure où « la vie n’est qu’un cas particulier de la Volonté de Puissance ». Toute force participe de cette même essence : « C’est la même force qui se dépense dans la création artistique et dans l’acte sexuel ; il n’y a qu’une seule sorte de force. » Mais le concept d’une force unique qui se diversifie ne suffit pas à rendre compte de la Volonté de Puissance : « Il faut encore, dit Nietzsche, attribuer à la force un vouloir interne, que j’appellerais Volonté de Puissance, c’est-à-dire exigence insatiable de démonstration de force. »

 

C’est cette « exigence insatiable de démonstration de force » qu’exprime le complément « de Puissance », génitif traduisant d’ailleurs fort mal en français le « mouvement vers » contenu dans le « zur » Macht. Qu’est-ce donc que la Puissance ? Elle est la loi intime de la volonté, ou de la force, qui est ainsi faite que vouloir c’est vouloir son propre accroissement.

 

La volonté qui est Volonté de Puissance répond originairement à son impératif interne : être plus. Cet impératif la conduit à l’alternative : ou bien s’augmenter, se surpasser ; ou bien décliner, dégénérer. Selon la direction que prend la force (progression ou régression), selon la réponse (oui ou non) à la condition qui s’impose à la vie ou que la vie s’impose à elle-même : « je suis ce qui est contraint de se surmonter sans cesse soi-même » – apparaissent dès l’origine, au sein de la Volonté de Puissance, deux types de force ou de vie : la force active et la force réactive, la vie ascendante et la vie décadente.

 

Si tout vouloir signifie vouloir être plus fort, si toute puissance est sur-puissance, le vouloir peut tenter de se dérober à lui-même, à son exigence d’accroissement. Il y a là un paradoxe. Car en toute rigueur, cesser de « vouloir » est impossible : ce serait cesser d’être. La volonté décadente qui refuse « d’admettre les conditions fondamentales de la vie » n’en reste pas moins une volonté : « L’homme préfère encore avoir la volonté du néant plutôt que de ne point vouloir du tout. » Seule la direction du vouloir est inversée : l’accroissement devient progrès dans la décadence. Le « renforcement » essentiel à la Volonté de Puissance s’exercera à l’envers. Tel sera le cas en particulier de l’extrême création de la décadence morale : l’idéal ascétique.

 

C’est donc toujours à elle-même que la Volonté de Puissance a affaire. Elle possède une réflexivité fondamentale, ce qui veut dire qu’elle est toujours autodépassement, soit dans l’action, soit dans la réaction. Elle se présente originairement à elle-même comme la diversité chaotique et contradictoire des pulsions élémentaire ; elle est l’affectivité primitive. Ce que Nietzsche appelle le « Chaos » désigne cette indétermination primordiale de la Volonté de Puissance.

 

Indéterminée en soi, elle peut prendre de multiples formes qui sont autant de masques : elle est « Protée ». Informe par exès depossibilités, le Chaos signifie d’une part, non pas le désordre, mais la multiplicité des pulsions, l’horizon entier des forces, à l’intérieur desquelles la connaissance ou l’art vont dessiner leurs perspectives. D’autre part, le Chaos représentera également un moment, celui de l’effondrement des valeurs où se produit un retour à soi, une sorte de retour à zéro, de la Volonté de Puissance.

 

Vis-à-vis du Chaos, la Volonté de Puissance apparaît à la fois comme le principe de hiérarchisation des forces en lutte pour la prépondérance et comme la tendance à l’appropriation d’un espace de jeu toujours plus grand. Forte sera la volonté capable d’harmoniser ses propres forces, en elle-même divergentes, de dominer leur constant développement. L’homme puissant est « celui qui a envie de voir le Chaos », c’est-à-dire qu’il est celui qui accepte d’affronter l’ensemble des pulsions (ou du moins le plus grand nombre possible d’entre elles) et qui peut les maîtriser. C’est cette maîtrise que traduisent les expressions : « grand style », « grande politique », « grande raison », « grand éducateur », grande espérance », dans lesquelles l’adjectif « grand » désigne chaque fois une Volonté de Puissance atteignant sa plénitude d’affirmation. Faible sera au contraire la volonté incapable de supporter cette tâche et qui cherchera une solution dans l’élimination ou le refoulement de certaines forces. Affirmative et forte, le Volonté de Puissance assumera la variété, la différence et la pluralité. Négative et faible, elle se rétrécira dans des réflexes de fuite et de protection, elle voudra son propre amoindrissement à l’ombre d’un idéal exsangue, tout à l’opposé de la grande simplification que produirait la parfaite maîtrise.

 

C’est à partir de la bipolarité initiale de la Volonté de Puissance que se définira toute la démarche généalogique. La critique « généalogique » des valeurs consistera à rapporter toute valeur à la direction originaire (affirmative ou négative) du vouloir, à dévoiler le long lignage issu de cette orientation primitive, à détisser la trame lointaine des rencontres ou des inventions de points d’appui plus tard figés en « valeurs ».

 

Car que sont les valeurs ? Instruments que se donne la Volonté de Puissance pour se confirmer dans sa direction initiale, les valeurs constituent ses conditions d’existence ; ce sont les « points de vue » qui lui permettent de se maintenir et de se développer. Nietzsche définit les valeurs ; « conditions de conservation et d’accroissement, pour des êtres complexes, de durée relative, à l’intérieur du devenir ». La production aussi bien que la « hiérarchie » des valeurs, c’est-à-dire leur situation respective (situation essentiellement mobile), par exemple le rang qu’occupe, à tel ou tel moment, l’art par rapport à la connaissance, n’auront de sens que rapportées à la direction originaire de la Volonté de Puissance ; la « place » des valeurs favorise, soutient, propulse cette direction.

Origine des valeurs, origine de toute hiérarchie de valeurs, la Volonté de Puissance fixe la valeur des valeurs. Mais cette origine ne peut se ramener à une unité primitive, à une identité, car elle n’est qu’une direction toujours à déterminer. D’autre part, cette origine ne prend et ne donne sens que rétrospectivement par le développement généalogique issu d’elle et où elle est reconnue.

 

 

 

 

image_pdfScaricare PDFimage_printStampare testo
(Visited 90 times, 1 visits today)