LA CRITIQUE DE L’ÉTAT

GASMASK

 

 

 

 

 

Citons, pour l’exemple, la critique stirnérienne et nietzschéenne de l’État. Si le jugement porté sur l’État s’inscrit en effet chez nos deux auteurs dans le projet critique commun d’une réfutation de la théorie hégélienne selon laquelle l’État est « la liberté en acte de la moralité effective » et du refus radical de l’État en tant qu’idéal du libéralisme progressiste, il y a dans cejugement critique des nuances qui méritent d’être signalées.

  Continue reading