NOUS APPELONS LE CHAOS ET LA MORT SUR L’UNIVERS PRÉSENT

KARAX

NOUS APPELONS LE CHAOS ET LA MORT SUR L’UNIVERS PRÉSENT ET NOUS APPLAUDISSONS À LEUR VENUE, LA PERPÉTUITÉ DE L’ORDRE SERAIT PIRE ET S’IL NE SE DÉSASSEMBLAIT, IL CHANGERAIT LES HOMMES EN INSECTES.


LA MASSE DE PERDITION, LE VOILÀ, LE PÉCHÉ DE L’ORDRE ET SI LA MASSE AURA TOUT ENVAHI, TOUT POLLUÉ, TOUT FLÉTRI, TOUT EMPUANTI, TOUT OFFUSQUÉ, TOUT RENDU PIRE QUE LE CHAOS MÊME AU POINT DE RENDRE LE CHAOS PLUS DÉSIRABLE, C’EST PARCE QUE L’ORDRE AVAIT BESOIN D’ELLE.
L’ORDRE, QUE NOUS SERVONS ET QUI NOUS ENVOIE AU SUPPLICE, L’ORDRE A BESOIN DE PRODUCTEURS ET DE CONSOMMATEURS, NON PAS D’HOMMES ENTIERS, LES HOMMES ENTIERS L’INCOMMODENT, IL LEUR PRÉFÉRERA TOUJOURS LES AVORTONS, LES SOMNAMBULES ET LES AUTOMATES, SON CRIME EST LÀ, L’ORDRE EST PÉCHEUR ET CRIMINEL ENSEMBLE, NOUS NE LUI DEVONS QUE LA FLAMME, C’EST PAR LE FEU QUE L’ORDRE PÉRIRA. SAINT, SAINT, SAINT EST LE FEU, QUI NOUS AFFRANCHIRA DU MONSTER ET DE SES OEUVRES MONSTRUEUSES !

QU’EST-IL AIMABLE, LE CHAOS VENGEUR! ET QUE LA MORT SECONDE EST BELLE ! ET QUE NOUS SOMMES BIENHEUREUX DE LES ATTENDRE ET DE SAVOIR QUE L’UN ET L’AUTRE SONT INÉVITABLES ! EN VÉRITÉ, NOUS SOMMES D’ORES ET DÉJÀ LES CONFORMISTES DE NOS LENDEMAINS.




LA MORT ET LE CHAOS VONT CÉLÉBRER LEUR MARIAGE..

MIZANTRO

JE CHANTE LE CHAOS AVEC LA MORT, LA MORT ET LE CHAOS VONT CÉLÉBRER LEUR MARIAGE, L’EMBRASEMENT DE L’OECUMÈNE ÉCLAIRERA LEURS NOCES, NOS VILLES PÉRIRONT ET LEURS MAISONS SERONT LE TOMBEAU DES INSECTES, QUI LES PEUPLENT ET LES SOUILLENT.


CAR LA SOLUTION DE NOS PROBLÈMES, C’EST LE FEU, C’EST LE FEU SEUL QUI NOUS LIBÉRERA DE MILLE PARADOXES INSOLUBLES ET QUI FERA TOMBER LES MURS DU LABYRINTHE OÙ NOUS NOUS REMUONS, EN PROIE À L’ÉQUIVOQUE, C’EST DANS LE FEU QUE SE RAMASSE DÉSORMAIS NOTRE ESPÉRANCE. NOUS ASPIRONS À LA SIMPLICITÉ, LA SIMPLICITÉ NOUS VIENDRA, QUAND LE CHAOS AURA PASSÉ,
QUAND LA MORT AURA TRIOMPHÉ, LORSQU’IL NE RESTERA QU’UN HOMME OÙ L’ON EN VOYAIT GROUILLER PLUS DE CENT, LORSQUE LA TERRE, À PEU PRÈS VIDE, SERA RENDUE À SA VIRGINITÉ, DANS LE TEMPS BIENHEUREUX OÙ LES FORÊTS ENGLOUTIRONT LE DÉBRIS CALCINÉ DES VILLES, OÙ LES EAUX RENAÎTRONT ET LES RIVIÈRES COULERONT REDEVENUES TRANSPARENTES, DANS LE FUTUR OÙ NE SUBSISTERA DE MASSE, CAR TOUTE MASSE EST DE PERDITION.
LE CHAOS ET LA MORT NOUS EN SÉPARENT, MAIS NOUS NE CRAIGNONS NI LA MORT NI LE CHAOS, C’EST L’UNIVERS PRÉSENT QUE NOUS ABOMINONS ET DONT NOUS NE VOULONS PLUS SOUS AUCUN PRÉTEXTE.




JE CHANTE LE CHAOS AVEC LA MORT

MIZANTRO

JE CHANTE LE CHAOS AVEC LA MORT, LA MORT ET LE CHAOS VONT CÉLÉBRER LEUR MARIAGE, L’EMBRASEMENT DE L’OECUMÈNE ÉCLAIRERA LEURS NOCES, NOS VILLES PÉRIRONT ET LEURS MAISONS SERONT LE TOMBEAU DES INSECTES, QUI LES PEUPLENT ET LES SOUILLENT.


CAR LA SOLUTION DE NOS PROBLÈMES, C’EST LE FEU, C’EST LE FEU SEUL QUI NOUS LIBÉRERA DE MILLE PARADOXES INSOLUBLES ET QUI FERA TOMBER LES MURS DU LABYRINTHE OÙ NOUS NOUS REMUONS, EN PROIE À L’ÉQUIVOQUE, C’EST DANS LE FEU QUE SE RAMASSE DÉSORMAIS NOTRE ESPÉRANCE. NOUS ASPIRONS À LA SIMPLICITÉ, LA SIMPLICITÉ NOUS VIENDRA, QUAND LE CHAOS AURA PASSÉ, QUAND LA MORT AURA TRIOMPHÉ, LORSQU’IL NE RESTERA QU’UN HOMME OÙ L’ON EN VOYAIT GROUILLER PLUS DE CENT, LORSQUE LA TERRE, À PEU PRÈS VIDE, SERA RENDUE À SA VIRGINITÉ, DANS LE TEMPS BIENHEUREUX OÙ LES FORÊTS ENGLOUTIRONT LE DÉBRIS CALCINÉ DES VILLES, OÙ LES EAUX RENAÎTRONT ET LES RIVIÈRES COULERONT REDEVENUES TRANSPARENTES, DANS LE FUTUR OÙ NE SUBSISTERA DE MASSE, CAR TOUTE MASSE EST DE PERDITION.
LE CHAOS ET LA MORT NOUS EN SÉPARENT, MAIS NOUS NE CRAIGNONS NI LA MORT NI LE CHAOS, C’EST L’UNIVERS PRÉSENT QUE NOUS ABOMINONS ET DONT NOUS NE VOULONS PLUS SOUS AUCUN PRÉTEXTE.

 

 

 

 




J’ÉLÈVE UN CHANT DE MORT SUR..

MISANTHROPIC INTOLERANCE

J’ÉLÈVE UN CHANT DE MORT SUR L’UNIVERS ET JE PRÉVOIS L’ANÉANTISSEMENT DE PÔLE EN PÔLE DU MONDE, QUE NOUS HABITONS, ET DE CES MONDES, QUI NOUS PRÉCÉDÈRENT ET QUE NOUS ACHEVONS DE DÉTERRER, AFIN QU’ILSSOIENT DÉTRUITS AVEC LE NÔTRE.


LES CENT ET QUELQUES VILLES MORTES, QUE D’UN BOUT DE L’UNIVERS À L’AUTRE NOUS RESSUSCITÂMES, MOURRONT UNE SECONDE FOIS, SANS RÉSURRECTION POSSIBLE ET L’ON EN PERDRA JUSQU’AU SOUVENIR, ET NOS MUSÉES SERONT ANÉANTIS, AVEC LES TRÉSORS QU’ILS RENFERMENT.
TOUTES LES NATIONS VONT PERDRE LEUR PASSÉ, L’ESPÈCE HUMAINE NE POUVANT SURVIVRE, SI CETTE CONDITION N’EST REMPLIE D’ABORD, CHACUNE DEVANT IMMOLER SES PROFUSIONS, SES LÉGENDES ET SES ESPÉRANCES.
TEL EST LE SENS DU JUGEMENT DERNIER, OÙ NOUS PARAÎTRONS NUS, AFIN DE RENTRER SOIT DANS LE NÉANT, SOIT DANS LA VIE NOUVELLE ET NOUS VERRONS SI LES FIDÈLES DES RELIGIONS RÉVÉLÉES, QUE LEURS TRADITIONS PRÉPARENT DEPUIS TANT DE SIÈCLES À L’ÉPREUVE, SE VOUDRONT DÉNANTIR DE BONNE GRÂCE ET SATISFAIRE À LEURS ENGAGEMENT, NOUS ADMIRERONS LEUR ESPRIT DE SACRIFICE.
J’ÉLÈVE UN CHANT DE MORT ET JE SALUE LE CHAOS MONTANT DE L’ABÎME ET LA TERREUR ANTIQUE REVENUE DU FOND DES ÂGES !




NOUS HAÏSSONS UN MONDE EMPLI D’INSECTES..

MISANTHROPIC INTOLERANCE

  NOUS HAÏSSONS UN MONDE EMPLI D’INSECTES ET CEUX QUI JURENT QUE CE SONT DES HOMMES, MENTENT: LA MASSE DE PERDITION N’A JAMAIS ÉTÉ D’HOMMES, MAIS DE RÉPROUVÉS ET DEPUIS QUAND MON PROCHAIN SERAIT IL UN AUTOMATE SPERMATIQUE ?

S’IL FAUT QUE CE SOIT LÀ MON PROCHAIN MÊME, JE DIS QUE MON PROCHAIN N’EXISTE PAS ET QUE MON DEVOIR EST DE NE LUI RESSEMBLER EN RIEN. LA CHARITÉ N’EST QU’UNE, DUPERIE ET CEUX QUI ME L’ENSEIGNENT, SONT MES ADVERSAIRES, LA CHARITÉ NE SAUVE PAS UN MONDE EMPLI D’INSECTES ET QUI NE SAVENT QUE LE DÉVORER, EN LE SOUILLANT DE LEUR ORDURE: IL NE FAUT NI LEUR PRÊTER ASSISTANCE NI METTRE EMPÊCHEMENT AUX MALADIES, QUI LES DÉCIMENT, PLUS IL EN MEURT ET MIEUX CELA VAUDRA POUR NOUS, CAR NOUS N’AURONS BESOIN DE LES EXTERMINER NOUS-MÊMES.

*

NOUS ENTRONS DANS UN AVENIR BARBARE ET NOUS DEVONS NOUS ARMER DE SA BARBARIE, POUR ÊTRE À LA MESURE DE SA DÉMESURE ET RÉSISTER À SON INCOHÉRENCE, NOUS N’AVONS QUE LE CHOIX DE MAINTENIR OU D’ABDIQUER NOUS N’AVONS QUE LE CHOIX DE CONTENIR OU DE CÉDER, NOUS DEVONS FRAPPER AUJOURD’HUI CEUX QUI FRAPPERAIENT DEMAIN, TELLE EST DU JEU LA RÈGLE ET CEUX QUI NOUS IMPLORENT, NOUS PUNIRAIENT BIENTÔT DE L’AVOIR OUBLIÉE.




LE MONDE EST LAID…

INFERNO

 

 

 

 

 

 

LE MONDE EST LAID, IL LE SERA DE PLUS EN PLUS, LES FORÊTS TOMBENT SOUS LA HACHE, LES VILLES POUSSENT, ENGLOUTISSANT TOUTE CHOSE, ET PARTOUT LES DÉSERTS S’ÉTENDENT, LES DÉSERTS SONT AUSSI L’OEUVRE DE L’HOMME,

LA MORT DU SOL EST L’OMBRE QUE LES VILLES JETTENT À DISTANCE IL S’Y JOINT À PRÉSENT LA MORT DE L’EAU, PUIS CE SERA LA MORT DE L’AIR, MAIS LE QUATRIÈME ÉLÉMENT, LE FEU, SUBSISTERA POUR QUE LES AUTRES SOIENT VENGÉS, C’EST PAR LE FEU QUE NOUS MOURRONS À NOTRE TOUR.

NOUS MARCHONS À LA MORT UNIVERSELLE ET LES MIEUX AVERTIS LE SAVENT, ILS SAVENT QU’IL N’EST DE REMÈDE À CES CALAMITÉS DÉCHAÎNÉES PAR LES OEUVRES, ILS SONTTRAGIQUES PARMI LES FRIVOLES, ILS GARDENT LE SILENCE AU MILIEU DES BAVARDS, ILS LAISSENT ESPÉRER LES UNS CE QUE LES AUTRES LEUR PROMETTENT, ILS NE SE MÊLENT PLUSD’AVERTIR LES PREMIERS NI DE CONFONDRE LES SECONDS, ILSJUGENT QUE LE MONDE EST DIGNE DE PÉRIR ET QUE LA CATASTROPHE EST PRÉFÉRABLE À CET ÉPANOUISSEMENT DANS L’HORREUR ABSOLUE ET LA LAIDEUR PARFAITE, QUI NE NOUS SERONT ÉVITÉES QU’AU PRIX DE LA RUINE.

QUE LA RUINE SOIT ET QUE LA DISSOLUTION SE PARACHÈVE ! NOUS AIMONS MIEUX L’IRRÉPARABLE QUE LA SURVIE DANS UN AVORTEMENT RECOMMENCÉ.

 

 

 




NOUS NE POURRONS CHANGER NOS VILLES QU’EN LES ANÉANTISSANT..

INFERNO

 

 

 

 

 

NOUS NE POURRONS CHANGER NOS VILLES QU’EN LES ANÉANTISSANT, ET FÛT-CE AVEC LES HOMMES, QUI LES PEUPLENT, ET L’HEURE VIENDRA QUE NOUS APPLAUDIRONS À CET HOLOCAUSTE.

ALORS NOUS NE RECULERONS PLUS DEVANT RIEN ET C’EST À QUI SE MONTRERA LE PLUS BARBARE, NOUS DEVIENDRONS LES PRÊTRES DU CHAOS ET DE LA MORT, C’EST L’ORDRE QUI SERA NOTRE VICTIME ET NOUS L’IMMOLERONS, POUR QUE L’ABSURDE CESSE, NOUS ENCHÉRIRONS SUR LES FLÉAUX NATURELS ET NOUS EN DOUBLERONS LA MALFAISANCE.

AINSI NOUS PUNIRONS CEUX QUI SONT NÉS INDÉSIRABLES ET QUI SE FLATTAIENT DE MULTIPLIER ENCORE, NOUS LEUR ENSEIGNERONS QUE VIVRE EST UN ABUS, JAMAIS UN DROIT, ET QU’ILS MÉRITENT DE PÉRIR, PARCE QU’ILS PRENNENT TROP DE PLACE EN AJOUTANT À LA LAIDEUR DU MONDE, ACCABLÉ D’HOMMES EN SURNOMBRE.

 

NOUS VOULONS RESTAURER ET C’EST POURQUOI NOUS SONGEONS À DÉTRUIRE, NOUS VOULONS RETROUVER UNE HARMONIE ET C’EST POURQUOI NOUS ARMONS LE CHAOS DE NOTRE AMOUR, NOUS VOULONS TOUT RENOUVELER ET C’EST POURQUOI NOUS NE FERONS PLUS GRÂCE À RIEN. CAR SI LES VIVANTS FORMENT LE CHOIX D’ÊTRE DES INSECTES ET DE PULLULER DANS LES TÉNÈBRES, LA RUMEUR ET LE RELENT, NOUS SOMMES LÀ POUR LES EMPÊCHER ET SAUVER L’HOMME EN LES EXTERMINANT.

 

 

 




AFIN QUE LE CHAOS L’EMPORTE ET QUE LA MORT SE RASSASIE

INFERNO

 

 

 

 

 

NOUS ENTRONS DANS LA NUIT ET NOUS N’EN SORTIRONS QUE RÉDUITS À DE FAIBLES RESTES, NOUS SOMMES TROP NOMBREUX, NOUS SERONS PLUS NOMBREUX ET NOUS SERONS DE PLUS EN PLUS NOMBREUX, AFIN QUE LE CHAOS L’EMPORTE ET QUE LA MORT SE RASSASIE.

NOS MAÎTRES SONT NOS ENNEMIS ET NOS SPIRITUELS, NOS SÉDUCTEURS ET LEURS COMPLICES, NOUS SOMMES ORPHELINS ET NOUS N’Y VOULONS PAS ENTENDRE, NOUS CHERCHONS EN TOUT LIEU DES PÈRES ET DES MÈRES, L’ON NOUS EN PROMET JUSQUE DANS LE CIEL ET NOUS LES INVOQUONS DU FOND DE CES ABÎMES OÙ L’ORDRE MORAL NOUS FAIT SUBSISTER. EN L’UNIVERS FUTUR, IL NE SERA DE MASSE DE PERDITION, NON PARCE QUE LES HOMMES SERONT TOUS HEUREUX, MAIS PARCE QU’IL NE SERA PLUS DE MASSE.

AVEC CENT MILLIONS D’HUMAINS, LA TERRE DEVIENDRAIT LE PARADIS ; AVEC LES MILLIARDS, QUI LA DÉVORENT ET LA SOUILLENT, ELLE SERA L’ENFER DE PÔLE EN PÔLE, LA PRISON DE L’ESPÈCE, LA CHAMBRE DE TORTURE UNIVERSELLE ET LE CLOAQUE EMPLI DE FOUS MYSTIQUES SUBSISTANT DANS LEURS ORDURES. LA MASSE EST LE PÉCHÉ DE L’ORDRE, ELLE EST LE SOUS PRODUIT DE LA MORALE ET DE LA FOI, CELA SUFFIT POUR CONDAMNER L’ORDRE, LA MORALE ET LA FOI, CAR ILS NE SERVENT QU’À MULTIPLIER LES HOMMES ET QU’À LES MUER EN INSECTES.

 

 




LA MASSE DE PERDITION EST L’OEUVRE DU CHAOS..

 

 

 

 

 

LA FOI NE SAUVE PLUS LES HOMMES, QUE DIS JE ? ELLE LES PRÉCIPITE AU-DEVANT DE LEUR MORT, LA FOI N’EST QU’UNE GOURMANDISE ET QU’UNE FORNICATION, MAIS GOURMANDISE ET FORNICATION NE NOUS ENSEIGNENT PAS À RÉFLÉCHIR.

CAR IL NE S’AGIT PLUS DE SE DONNER, CE SERAIT TROP FACILE ; IL NE S’AGIT PLUS DE PORTER SA CROIX, CE SERAIT TROP COMMODE; IL NE S’AGIT PLUS D’IMITER UN TEL ET MOINS ENCORE DE LE SUIVRE, CE NE SERAIT PLUS QU’UN CHEMIN DE FUITE : IL S’AGIT DÉSORMAIS DE REPENSER LE MONDE ET D’ARPENTER NOTRE ÉVIDENCE, DE MESURER ET DE PESER ET DE JETER DE NOUVEAUX FONDEMENTS, CES DEVOIRS LÀ PASSENT AVANT LES AUTRES.

OR, ILS NE SEMBLENT PAS À LA PORTÉE DE LA MAJORITÉ DES HOMMES, AUSSI LA PLUPART DES HUMAINS, NE POUVANT LES REMPLIR, SERONT COUPABLES, COUPABLES ET PUNIS, SANS MÊME ENTENDRE À CE QUI LEUR ARRIVE.

LA MASSE DE PERDITION EST L’OEUVRE DU CHAOS, ELLE EST CHAOS ET RETOURNE AU CHAOS, NOUS N’AVONS PAS À PLEURER SUR SA MORT, PARCE QU’ELLE EST LA LÉGION DES OMBRES ET QUE LES OMBRES AVORTÉES N’ONT QU’UN SEMBLANT DE VIE AU SEIN DE L’ÉQUIVOQUE : C’EST POURCES OMBRES QUE LES RELIGIONS ÉTAIENT FAITES, ELLES LES CONSOLAIENT DE LEUR ABJECTION, MAIS ELLES PERPÉTUAIENT LEUR ABJECTION.

 

 




LE CHAOS ET LA MORT FIGURERONT AU NOMBRE DE SES ATTRIBUTS…

 

 

 

 

 

S’IL EST UN DIEU, LE CHAOS ET LA MORT FIGURERONT AU NOMBRE DE SES ATTRIBUTS, S’IL N’EN EST POINT, CELA REVIENT AU MÊME, LE CHAOS ET LA MORT SE SUFFISANT JUSQU’À LA CONSOMMATION DES ÂGES.

 

N’IMPORTE CE QUE L’ON ENCENSE, ON EST LA PROIE DE L’OMBRE ET DE LA DISSOLUTION, N’IMPORTE CE QUE L’ON ADORE, ON N’ÉVITERA RIEN, LES BONS ET LES MÉCHANTS N’ONT QU’UNE DESTINÉE, UN SEUL ABÎME ACCUEILLE LES SAINTS ET LES MONSTRES, L’IDÉE DU JUSTE ET DE L’INJUSTICE N’A JAMAIS ÉTÉ QU’UN DÉLIRE, AUQUEL NOUS SOMMES ATTACHÉS POUR DES RAISONS DE CONVENANCE.

EN VÉRITÉ, LA SOURCE DES IDÉES RELIGIEUSES ET MORALES EST EN L’HOMME, LA CHERCHER HORS DE L’HOMME EST UN NON-SENS, L’HOMME EST UN ANIMAL MÉTAPHYSIQUE ET QUI VOUDRAIT QUE L’UNIVERS N’EXISTÂT QUE POUR LUI, MAIS L’UNIVERS L’IGNORE ET L’HOMME SE CONSOLE DE CETTE IGNORANCE EN PEUPLANT L’ÉTENDUE DE DIEUX, DIEUX FAITS À SON IMAGE. AINSI NOUS PARVENONS À VIVRE EN NOUS PAYANT DE RAISONS CREUSES, MAIS CES RAISONS SI BELLES ET SI CONSOLANTES TOMBENT À RIEN, QUAND NOS YEUX S’OUVRENT SUR LA MORT ET LE CHAOS, DONT NOUS VIVONS ENVELOPPÉS ET TOUJOURS MENACÉS. LA FOI N’EST QU’UNE VANITÉ PARMI LES VANITÉS ET L’ART DE TROMPER L’HOMME SUR LA NATURE DE CE MONDE.